STRATÉGIE NUMÉRIQUE : LA CONSOMMATION COLLABORATIVE EST –ELLE UNE NOUVELLE MONNAIE SOCIALE ?

Dans ce nouvel article nous vous emmenons dans l’univers d’une auteure engagée qui se nomme Rachel Botsman. Son ouvrage intitulé  What’s Mine Is Yours: The Rise of Collaborative Consumption se trouve être des plus intéressants en terme d’approche scientifique.

 Il parait aujourd’hui tellement facile de pouvoir échanger des biens  avec un parfait inconnu sans échange d’argent de main à main  tout en se doutant que ce dernier  ne se présente pas obligatoirement sous son vrai nom. Une telle situation n’aurait même pas été envisageable il y a quelques années. Pourtant plusieurs sites sont de nos jours destinés  à ce type d’échange comme Swaptree et tout cela se déroule sans problème apparent. Et le 1% qui reçoit une note négative est dû à  des raisons mineures comme un  objet qui est arrivé en retard.  

Placé dans ce contexte, cet ouvrage nous parle  de la montée de la consommation collaborative et tente de nous convaincre qu’il ne s’agit nullement  d’une tendance à court-terme, mais une force économique et culturelle puissante, qui ne réinvente pas seulement ce que l’on consomme, mais la manière dont on consomme.  

La démarche adoptée est scrupuleusement réfléchie. L’auteure pose l’hypothèse d’une dynamique extrêmement puissante aux implications commerciales et culturelles énormes qui se met en action. À savoir, cette technologie permet de faire confiance à des inconnus. On vit désormais dans un grand village où on peut imiter les liens qui s’établissaient en face à face auparavant, mais à une échelle et d’une manière qui n’avaient jamais été possibles auparavant. Donc ce qui se passe réellement  c’est que les réseaux sociaux et la technologie en temps réel nous ramènent en arrière. On fait du troc, du commerce, des échanges, des partages, mais ils sont réinventés sous des formes dynamiques et attractives.

Sa problématique étant de comprendre comment la consommation collaborative devient une nouvelle monnaie sociale ? Rachel Botsman nous livre les fonds de ses pensées en relatant dans un premier temps l’émergence de sa  vision c’est-à-dire d’où lui est venue cette idée de réfléchir sur la consommation collaborative. C’était en fait un tissu complexe d’idées en apparence sans rapport entre elles.

Puis elle poursuit  avec un carrefour d’artifice conceptuel sur les différents systèmes de consommation.

Selon l’auteure on passe  du statut de consommateurs passifs à celui de créateurs, à celui de collaborateur hautement habilité. Ce qui se passe, c’est qu’internet supprime l’intermédiaire, de manière que n’importe qui, du designer de T-shirts à la tricoteuse puisse gagner sa vie en vendant de pair à pair. Et la force omniprésente de cette révolution du pair à pair signifie que le partage se déroule à une vitesse phénoménale.

Les concepts qu’elle avance met en exergue la consommation mobile. On vit dans une ère connectée où l’on peut localiser n’importe qui, n’importe quand, en temps réel, avec un petit dispositif dans la main. Tout cela lui est passé par la tête vers la fin de l’année 2008, lorsque s’est produit, bien sûr, le grand krach financier.

Elle propose 4 facteurs clés

1 – une conviction renouvelée de l’importance de la communauté, et une redéfinition même de ce que signifient « ami » et « voisin ».

2-Un torrent de réseaux sociaux pair à pair et des technologies en temps réel, qui changent fondamentalement notre manière d’être.

 3 – des préoccupations environnementales urgentes sans réponses.

  4 – une récession mondiale qui a fondamentalement bouleversé les comportements de consommation. Ces quatre facteurs fusionnent ensemble et créent le grand tournant  s’éloignant du 20ème siècle, défini par l’hyper consommation, et vers le 21ème siècle, défini par la consommation collaborative.

Nous avons ici un ouvrage très compréhensible et accessible à tous sans pour autant perdre sa crédibilité scientifique. La méthode adoptée se  caractérise par un assemblage de milliers d’exemple de consommation collaborative du monde entier.

L’intérêt de la réflexion est ainsi d’autant plus imposant dans la mesure  où elle nous propose 3 systèmes de  consommation. Le premier est la redistribution des marchés. La redistribution des marchés exactement comme Swaptree c’est quand on prend un objet d’occasion, de seconde main et qu’on l’enlève de là où il n’est pas désirable pour le mettre là, ou chez qui il l’est. Le deuxième est le style de vie collaboratif. C’est le partage des ressources et des choses telles que l’argent, les compétences et le temps. Et le troisième système c’est celui des services de produit. C’est lorsque vous payez pour les bénéfices du produit ce qu’il vous apporte sans avoir à posséder le produit en lui-même.

L’ouvrage possède un intérêt pédagogique car il associe une dimension historique du système de consommation. Dans l’ancien système de consommation, la réputation ne comptait pas trop, parce que notre historique de crédits était plus important que n’importe quel avis de pair à pair. Mais avec le Web, nous laissons des traces. Avec chaque spammer que l’on dénonce, avec chaque idée que l’on poste, chaque commentaire que l’on partage, on signale en fait notre plus ou moins bonne collaboration, et si on peut ou pas nous faire confiance.

Selon notre auteure ce capital de réputation déterminera notre accès à la consommation collaborative. C’est une nouvelle monnaie sociale, pour ainsi dire, qui pourrait devenir aussi puissante que notre indice de solvabilité.

Pour tous ces points saillants, nous dirons que cet ouvrage constitue  sans nulle doute une référence dans le monde du commerce en nous aidant à dépasser des formes d’hyper consommation qui gaspillent énormément.

 

Bernard Poitiers

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s